goto content





Coutume coréenne Imprimer


La Vie Familiale
Autrefois, dans la société coréenne traditionnelle il n’était pas rare que trois ou quatre générations vivent dans un même foyer. A l’époque une grande famille était souhaitable. Cependant dans les années 1960-70, la Corée connut une industrialisation et une urbanisation très rapides ainsi qu’une politique de natalité qui bouleversa profondément les us et coutumes traditionnels. Dans les années 80, le nombre moyen d’enfants par famille est ainsi descendu brusquement à moins de deux par femme.
La préférence à l’aîné dictée par la tradition confucéenne et la préférence donnée aux garçons plutôt qu’aux filles restent encore largement la norme dans la société coréenne. Pour corriger cet état d’esprit, le gouvernement a édicté une loi afin que les droits de succession soient équitablement répartis entre les fils et les filles.
De nos jours les jeunes couples délaissent ce schéma de grand foyer pour se tourner vers une structure de famille à un enfant.
Les noms
Les noms coréens sont généralement composés d’une syllabe pour le nom de famille et deux syllabes pour le prénom. Le nom de famille précède le prénom. La femme coréenne ne prend pas le nom de son mari, mais les enfants portent celui de leur père.
Le mariage
Les Coréens pensent que le mariage est le moment le plus important de la vie et le divorce est perçu comme une disgrâce, non seulement pour le couple mais également pour les familles respectives. Le taux de divorce est cependant actuellement en forte croissance. De nos jours, la cérémonie de mariage est quelque peu différente de celle d’autrefois. Une cérémonie à l’occidentale a d’abord lieu dans une salle de mariage ou une église avec la mariée en robe blanche et le marié en smoking ; le jeune couple revêt ensuite des vêtements très colorés pour la cérémonie traditionnelle qui se tient dans une salle différente.
Jerye, les rites aux ancêtres
En vertu d’une croyance traditionnelle, lorsqu’une personne meurt, son esprit ne disparaît pas immédiatement, mais il demeure avec ses descendants durant 4 générations. Au cours de cette période, le défunt continue à être considéré comme un membre de la famille et les Coréens réaffirment les relations entre ancêtres et descendants à travers les rites de Jerye à l’occasion de fêtes telles que le nouvel an lunaire ou chuseok, ainsi que le jour anniversaire du décès de leurs ancêtres. Les coréens pensent également que l’on vit bien et heureux grâce aux avantages que nous ont accordés nos ancêtres.
Le langage corporel
Lorsque vous voulez faire signe à quelqu’un de venir vers vous, dirigez la paume de votre main vers le bas et agitez les doigts. Il n’est pas poli de faire signe à quelqu’un avec paume tournée vers le haut, en particulier en utilisant un seul doigt, car les coréens ne le font que pour les chiens.
Le ondol
Les pièces traditionnelles coréennes ont de multiples fonctions : Il n’y a pas de pièce spéciale pour coucher ni pour manger, par exemple. Selon l’usage que l’on veut en faire, on apportera dans la pièce des tables ou autre. La plupart des gens s’asseyent et dorment à même le sol sur de fins matelas.
La cuisine coréenne
On trouve une grande diversité de plats et d’aliments à travers toute la Corée. La Corée était autrefois une nation essentiellement agricole cultivant le riz pour son alimentation de base. De nos jours la cuisine coréenne se caractérise par une large variété de viandes et de poissons accompagnés d’herbes et de légumes. Sont également très présents les aliments élaborés par des processus de conservation ou de fermentation comme le kimchi (chou fermenté et épicé), le jeotgal (fruits de mer en saumure) et le doenjang (pâte de soja fermentée) qui sont appréciés pour leurs goûts particuliers et leur valeur nutritionnelle.
Une des particularités de la table coréenne réside dans le fait que tous les plats sont servis en même temps. Autrefois le nombre de plats d’accompagnement variait de trois pour les gens ordinaires à douze pour les membres de la famille royale. L’arrangement de la table diffère si le plat principal se compose de nouilles ou de viande. Des règles formelles ont été élaborées pour la table, révélant l’attention que les coréens portent à la nourriture.
Autre particularité, la cuillère est plus utilisée qu’en Chine et au Japon, surtout pour les soupes.
>> Plus d’informations sur la cuisine coréenne
Le gimjang
Le gimjang est le nom donné à la préparation du kimchi. Étant donnée que peu de légumes peuvent être cultivés pendant les trois ou quatre mois d’hiver, le gimjang se fait à la fin de l’automne ou au début de l’hiver et constitue ce qui est devenu un aliment de base. Pour les coréens, un repas sans kimchi est impensable.
Le hanbok
Le hanbok est depuis des milliers d’années le costume traditionnel coréen. La beauté et la grâce du style coréen sont parfaitement représentées par le hanbok. Avant l’adoption du costume occidental, qui fit son apparition il y a une centaine d’années, le hanbok était le vêtement que portaient quotidiennement hommes et femmes. Les hommes portaient le jeogori (veste) et le baji (pantalon) et les femmes portaient le jeogori et le chima (jupe).
Aujourd’hui le hanbok est un costume traditionnel porté les jours de fête (comme chuseok) et à l’occasion des mariages. C’est un vêtement ample, conçu de matière à cacher les formes du corps.
>> Plus d’informations sur le hanbok
Les maisons traditionnelles coréennes
Les maisons traditionnelles sont appelées hanok. Ce type d’habitation cherchait à créer une harmonie entre l’homme et la nature. Ainsi l’aspect naturel des hanoks se retrouve aussi bien dans leur design intérieur que dans les matériaux utilisés pour leur construction.
Une des particularités des hanoks est sans doute leur structure spéciale qui assure fraîcheur durant l’été et chaleur durant l’hiver. La Corée connaissant des hivers rigoureux et des étés chauds et humides, le ondol gudeul - un système de chauffage par le sol - et le daecheong - une salle ayant un plancher en bois retenant la fraîcheur - furent élaborés il y a longtemps pour aider les coréens à supporter les saisons difficiles. Ces systèmes primitifs de chauffage et de régulation des températures étaient si efficaces qu’on les retrouve de nos jours encore dans de nombreuses maisons.
>> Plus d’informations sur les hanok