goto content





Culture Coréenne Imprimer


L'origine de la danse traditionnelle remonte aux rites religieux de la préhistoire. Les tribus organisaient des cérémonies religieuses en l'honneur de leurs dieux et exprimaient leur ferveur en chantant et en dansant. La danse traditionnelle telle qu’on la connaît aujourd’hui est donc une évolution des cérémonies ancestrales, mais elle aurait réellement commencé à se structurer durant la période des Trois Royaumes (57B.C. -A.D.676).

Un grand nombre de peintures murales découvertes dans des tombes anciennes représentent des personnages dansants. Durant la dynastie Goryeo, les danses étaient exécutées pendant les cérémonies officielles, telles que « Yeondeunghoe » (cérémonie nationale bouddhiste) et « Palgwanhoe » (prières aux dieux pour la prospérité de la nation).

Durant la dynastie Joseon (1392-1910), deux danses se sont distinguées: la danse destinée à la cour royale et un autre style beaucoup plus populaire qui se développa vers la fin de la dynastie. Les danses égayaient tous les banquets de la cour. Les chorégraphies de l’époque ne manqueiant jamais de faire l’éloge du pouvoir en place et de magnifier la dignité de la cour, pour ce,on apportait un soin particulier aux costumes, qui étaient raffinés et hauts en couleurs. Les danses royales les plus populaire de cette époque sont le « geommu », « hakmu » et « cheoyongmu ».

De son coté, la danse folklorique se développait à mesure que le qualité de vie du peuple s’améliorait, grâce au progrès dans le domaine de l’agriculture et à l’essor du commerce. La danse folklorique exprimait de manière explicite la vie quotidienne du peuple et les sentiments d’injustice éprouvés par le plus grand nombre dans une société souvent oppressive. Les danses folkloriques les plus connues sont le « talchum », « sandaenori », « seungmu », « musokchum », « kkokdugaksi nori », « taepyeongmu », « hannyangmu », « salpurichum ».

Le « talchum » et le « sandaenori » sont des danses où les danseurs évoluent masqués, c’est ainsi que les artistes pouvaient mettre en scène plus librement leurs satyres de la société, en traitant souvent de la corruption entretenue par les « Yangban » (aristocrates de l’époque) et les moines.

Enfin les danses collectives telles que le « janggunchum » et le « buchaechum », font parties des danses dites traditionnelles, mais elles sont cependant assez récentes et ne remontent qu’aux années trente à soixante. Le « barachum », le « cheopgochum » et le « nabichum » étaient exécutés durant les cérémonies bouddhistes et la danse « ilmu » était réservée aux cérémonies appelées « Jongmyojerye » (culte rendu à la famille royale).


Les danses traditionnelles les plus connues
Geommu
Geommu:
Quatre danseurs portant chacun une longue épée se mettent face à face. Les mouvements sont dynamiques et relativement rapides.

Talchum
Talchum:
Elle s’exécute à l'aide de différents masques. Elle se décline en 'bongsan' talchum, 'ogwangdae' talchum, 'saja' talchum, etc.

Seungmu
Seungmu:
Danse fortement marquée par le style bouddhiste, les danseurs portent de longues jupes bleues marine, des hauts blancs et des chapeaux pointus blancs.

Taepyeongmu
Taepyeongmu:
Danse célébrant la prospérité du pays. Les rythmes accompagnant les danseurs sont complexes et les mouvements sont nombreux, particulièrement ceux des pieds.

Hannyangmu
Hannyangmu:
C’est une danse satirique qui met en scène un membre de l'aristocratie déchu (« Hanyang ») et un moine qui essaient de séduire la même femme.

Salpurichum
Salpurichum:
Danse chamanique venant du sud de la province Gyeonggi. Elle est exécutée pour exorciser le malheur. Le danseur vêtu de blanc danse avec un long tissu blanc et ses pas représentent un rite de purification.

Jangguchum
Jangguchum:
C’est une danse accompagnée du « Janggu », un instrument de musique porté sur les épaules. Elle peut être exécutée par un ou plusieurs danseurs. Les mouvements des pieds sont rapides et expriment la joie de vivre.

Buchaechum
Buchaechum:
Cette danse est exécutée par des danseuses vêtues du « hanbok », le costume traditionnel coréen, avec dans chaque main de somptueux éventails ornés de plumes. Ces derniers une fois rassemblés, forment diverses figures évoquant tour à tour des vagues ou des fleurs.

Barachum
Barachum:
C’est une danse bouddhiste accompagnée du « bara » (instrument de musique en métal, sorte de petites cymbales) . Elle est exécutée pour exorciser les mauvais esprits et purifier le cœur.

** Les photos de « Taepyeongmu » et de « hannyangmu » ont été prêtées par le centre de conservation de « Taepyeongmu ».


Les spectacles de danse traditionnelle
Spectacles d’art traditionnel au theatre Chongdong Spectacles d’art traditionnel a la Korea House Taepyeongmu
Spectacles d’art traditionnel au théâtre Chongdong Spectacles d’art traditionnel à la Korea House Spectacles organisés tous les samedis au centre de conservation de « Taepyeongmu »
Spectacle Traditionnel Yeonhui "PAN"
Spectacle Traditionnel Yeonhui "PAN"
Festival de danse traditionnelle
Festival international de danse masquee d’Andong
Festival international de danse masquée d’Andong