goto content





Patrimoine Mondial de l'UNESCO Imprimer


Le patrimoine mondial de L’UNESCO de Corée
Le patrimoine mondial de l’UNESCO est un patrimoine culturel inscrit sur la ‘liste du patrimoine mondial’ par l’UNESCO et qui a une valeur universelle sans se limiter à une région particulière. Il se base sur la « Convention Concernant la Protection de l’Héritage Culturel et Naturel » adopté en novembre 1972 lors de la 17ème session de la Convention Générale de l’UNESCO.

Depuis juillet 2019, la Corée possède 14 patrimoines mondiaux (13 patrimoines culturels, 1 patrimoine naturel), 20 patrimoines intangibles de l’Humanité et 16 registres de la Mémoire du Monde inscrits sur la « liste du patrimoine mondial » de l’UNESCO.
Patrimoine culturel mondial
Le patrimoine culturel mondial coréen se répartit sur toute l’histoire coréenne, allant de l'Antiquité à la dynastie Joseon. Les palais royaux, les temples et les châteaux en font partie et il est possible d’y entrevoir des valeurs artistiques mais aussi un rationalisme scientifique.

La liste des patrimoines culturels de Corée inscrits sur la liste de l’UNESCO est la suivante : le Hall Janggyeong Panjeon du Temple Haeinsa (1995) ; le sanctuaire Jongmyo (1995) ; le temple Bulguksa et la grotte Seokguram (1995) ; le palais Changdeokgung (1997) ; la forteresse Hwaseong (1997) ; les sites de dolmens de Gochang, Hwasun et Ganghwa (2000) ; les zones historiques de Gyeongju (2000) ; les tombes royales de la dynastie Joseon (2009) ; les villages historiques Hahoe et Yangdong (2010) ; la forteresse Namhansanseong (2014) ; la zone des ruines historiques de Baekje (2015) ; Sansa, monastères bouddhistes de montagne en Corée (2018) ; Seowon, académies néo-confucéennes coréennes (2019).
Patrimoine naturel mondial
L’île volcanique de Jeju et les grottes de lave (2007) qui est le patrimoine naturel mondial coréen est un endroit superbe qui a une valeur très importante du point de vue géologique et écologique. Les grottes de lave Geomunoreum qui sont formés de carbonate de différentes couleurs et qui sont entourés d’un mur de lave sombre comptent parmis les plus belles grottes du monde entier.
Patrimoine intangible de l’Humanité
Le patrimoine intangible de l’Humanité est un système créé suivant la convention de protection du patrimoine intangible de l’UNESCO de 2003 pour maintenir la diversité culturelle et la créativité en protégeant les traditions orales et les patrimoines intangibles en voie de disparition. La Corée possède divers patrimoines intangibles de l’Humanité dans différents domaines comme la culture, la musique, la danse, les rituels, les coutumes, etc.

La liste des patrimoines intangibles de l’Humanité de Corée inscrits sur la liste de l’UNESCO est la suivante : le rite ancestral royal du sanctuaire Jongmyo et sa musique (2001) ; le chant Pansori (2003) ; le festival Gangneug Danoje (2005) ; la danse Ganggangsullae (2009) ; le spectacle Namsadang-nori (2009) ; le rituel bouddhique Yeongsanje (2009) ; la danse Cheoyongmu (2009) ; le rituel chamane Chilmeoridang-yeongdeung-gut (2009) ; le Gagok(chant traditionnel) ; les cycles de chant lyrique accompagnés d’instruments à vents et d’instruments à cordes (2010) ; le Daemokjang, architecture traditionnelle coréenne en bois (2010) ; la Fauconnerie, une personne vivante au patrimoine humain (2010) ; le Jultagi, funambulisme traditionnel (2011) ; le Taekkyeon, un art martial traditionnel coréen (2011) ; le tissage du ‘Mosi’(ramie) de la région Hansan (2011) ; Arirang, une chanson folklorique et lyrique de la République de Corée (2012) ; le Kimjang, la fabrication et le partage du kimchi (2013) ; le Nongak, une musique agricole communautaire (2014) ; le Juldarigi, une tradition agricole du tir à la corde (2015) ; la culture Haenyeo de Jeju, des femmes plongeuses de l’île Jeju (2016), le Ssireum (2018).

Registre de la Mémoire du Monde
Les registres de la mémoire sont des patrimoines de grandes valeurs du monde entier désignés pour être soigneusement conservés. Les documents textuels et les documents non textuels comme les cartes, les partitions, etc, mais aussi les documents audiovisuels comme les films et les photographies font tous partie du Registre de la Mémoire du Monde. La Corée possède différentes formes de registres de la mémoire du Monde comme le Hunminjeongeum, le Joseonwangjosillok, etc.

La liste des registres de la mémoire du Monde de Corée inscrits sur la liste de l’UNESCO est la suivante : le manuscrit Hunminjeongeum (1997) ; le Joseonwangjosillok, les annales de la dynastie joseon (1997) ; le Seungjeongwon Ilgi, les journaux du secrétariat royal (2001) ; le Buljo Jikji Simche Yojeol, le deuxième volume de « l’Anthologie des Enseignements des Grands Moines Bouddhistes » (2001) ; l’Uigwe, les protocoles royaux de la dynastie Joseon (2007) ; les blocs d’impression en bois de la Triptaka Koreana et autres textes sacrés (2007) ; le Donguibogam, les principes et pratiques de la médecine orientale (2009) ; l’Ilseongnok (2011) ; le registre de la mémoire des droits de l’Homme de 1980, le manuscrit du mouvement démocratique de Gwangju (2011) ; Nanjung Ilgi, le journal de guerre de l’amiral Yi Sun-sin (2013) ; les archives du Saemaeul Undong (mouvement de la nouvelle communauté) (2013) ; le Yugyochekpan, archives confucéennes de la dynastie Joseon (2015) ; les registres de l’émission KBS ‘à la recherche des familles séparées’ (2015) ; les Joseonwangsileobo et les Eochaek, les sceaux royaux et les livres sur les investitures de la dynastie Joseon (2017) ; le Gookchaebosangoondong, les documents sur le mouvement de réglement des dettes d'Etat (2017) ; Documents sur Joseon Tongsinsa : l'histoire du maintien de la paix et des échanges culturels entre la Corée et le Japon du XVIIe au XIXe siècle (2017).
 
       Date de mise à jour : le 15 juillet 2019