goto content

Mots-clés populaires




Patrimoine culturel Imprimer


Le « Seowon », l'académie néo-confucéenne coréenne (2019)

Dosan-seowonCrédits) Dosan-seowon

"Le seowon, organisation académique néo-confucéennes coréennes" est le 14e patrimoine coréen à être classé au patrimoine mondial de l'Unesco. Le seowon était un institut chargé de l'enseignement du néo-confucianisme entre le 16e et 17e siècle. Neuf édifices de ce type font partie désormais de la liste des patrimoines culturels de l'Unesco pour bien offrir une représentation de la spécificité coréenne : Sosu-seowon, Namgye-seowon, Oksan-seowon, Dosan-seowon, Piram-seowon, Dodong-seowon, Byeongsan-seowon, Museong-seowon et Donam-seowon. L'Unesco a reconnu sa valeur universelle exceptionnelle, la condition indispensable pour y être inscrit, car les traditions culturelles liées au néo-confucianisme coréen y sont bien préservées jusqu'`à aujourd'hui.

Présentation des principaux vestiges

  • Sosu-seowon
  • Dosan-seowon
Crédits) Sosu-seowon (à gauche), Dosan-seowon (à droite)

Sosu-seowon est non seulement le tout premier seowon de Corée mais celui qui a bénéficié du soutien officiel du pays. Comme preuve, il a reçu de la part du roi une plaque écrite par le souverain lui-même. Il s'agit d'une académie établie par Chu Se-bung, un érudit du milieu de la dynastie Joseon, dans le but d'éduquer les disciples confucéens. À la différence des autres seowon, Jikbangjae et Ilsinjae de Sosu-seowon, les deux édifices servant de lieu d'enseignement se trouvent côte-à-côte dans un même bâtiment. De son côté, Dosan-seowon a été créé en 1574 pour commémorer et garder l'esprit de Yi Hwang, l'érudit et le confucianiste représentatif de Corée. Ici, les bâtiments se distinguent par des caractéristiques modestes et simples, ce qui reflète bien la dignité de Yi Hwang ainsi que l'attitude sérieuse des lettrés de l'époque envers leurs études. En ce qui concerne le plan, Dosan-seowon se compose de bâtiments principaux consacrés à l'éducation qui se situent au centre, et un pavillon pour le rite et des immeubles annexes qui les entourent.

  • Byeongsan-seowon
  • Donam-seowon
Crédits) Byeongsan-seowon (à gauche), Donam-seowon (à droite)

L'origine de Byeongsan-seowon peut être trouvée dans Pungak-seodang, le haut lieu d'enseignement de la dynastie Goryeo situé auparavant à Pungsan-hyeon. Elle a été déplacée à Andong, où commence l'histoire de Byeongsan-seowon. Ce dernier a été bâti en respectant le mode de construction original du seowon à son commencement. En face de ce site coule la rivière Nakdonggang, ce qui contribue à harmoniser la tradition du confucianisme coréen et les paysages naturelles sublimes. Ce seowon se divise en trois sections : les pavillons où l'on gardait les tablettes des ancêtres, le grand hall où les disciples étudiaient ainsi que leurs résidence et bureaux. Donam-seowon a été créé pour faire hériter l'idée de Kim Jangseng, confucianiste et politicien de la dynastie Joseon. Le roi Hyeonjong, de la même époque, lui a donné son appellation de "Donam" en 1660.

Les neufs académies néo-confucéennes coréennes ont survécu même après l'entrée en vigueur du décret de destruction des seowon décidé par Heungseon Daewongun à la fin de la dynastie Joseon.

Dernière mise à jour : le 02 août 2019