goto content



h1 Title Imprimer


Ikseon-dong

Crédit) Une des charmantes allées du quartier Ikseon-dong

Avec l’autorisation de Seoul magazine

Partir à la rencontre du quartier Ikseon-dong, c’est un peu comme retrouver une espèce en voie de disparation dans la jungle. Caché des regards extérieurs par une sorte de grande palissade formée par les gratte-ciels, Ikseon-dong est le quartier où les maisons traditionnelles coréennes, les hanok, sont le mieux préservées. Si l’on regarde le quartier depuis le toit de l’hôtel Ibis Ambassador, le quartier ressemble à un dédale d’avenues chaotiques composées de maisons en tuiles, de poteaux électriques et de pavés, un oasis de charmes anciens au milieu d’une ville dont l’urbanisation ne cesse de croître.

Encore très récemment, le quartier était isolé dans Séoul ne recevant que peu de visites de l’extérieur. Les choses sont désormais en train de changer. Attirés par les bas loyers et le côté authentique du quartier, de nombreux créateurs sont venus s’y installer et plusieurs cafés ont vu le jour, au même titre que des bars ou des espaces culturels. Les touristes viennent également de plus en plus nombreux à la découverte des charmes du lieu, insufflant une nouvelle jeunesse au quartier.

Bukchon avant Bukchon

Les maisons en tuile du quartier, qui entremêlées les unes aux autres forment une immense toile, ont été bâties il y a un peu plus de 70 ans. « Construit au début des années 1930, Ikseon-dong fut le premier grand quartier Hanok de Séoul », explique Robert Fouser, un chercheur spécialiste des anciens quartiers de Séoul. Ce rassemblement de Hanok, alignés les un contre les autres le long de petites ruelles, est devenu un modèle de développement notamment pour le fameux quartier traditionnel Bukchon, devenu aujourd’hui l’une des principales attractions touristiques de Séoul.



Crédits) Ikseon-dong vue d’en haut Après la guerre de Corée, le quartier a servi de refuge qui a peu à peu rassemblé une communauté dynamique et créative. La plupart des yojeong de Séoul, restaurant haut de gamme où les jeunes femmes devaient porter l’habit traditionnel tout en divertissant les hommes fortunés en jouant de la musique traditionnelle ou en leur faisant la conversation, était très courant dans les allées du quartier. Au début des années 2000, ces restaurants avaient totalement disparus alors que le quartier était lui de plus en plus déserté. En 2004, un grand plan de restructuration voit le quartier entrer dans une phase de rénovation où les hanoks sont soumis à la démolition. Pourtant, grâce à l’opposition des résidents du quartier et des membres d’associations, le quartier a su préserver son patrimoine et sa tranqullité. Durant les weekend, les allées du quartier sont désormais bondées de visiteurs à la fois coréens et étrangers. Pour beaucoup de visiteurs, le quartier évoque une certaine nostalgie envers la période précédent l’urbanisation de Séoul, époque dont les valeurs étaient tout autre que celles du capitalisme. Robert Fouser affirme ainsi « Avec ses poteaux téléphoniques et se allées de briques vertes, Ikseon-dong me rappelle le quartier de Buckhon au début des années 1980 quand j’apprenais le coréen à Séoul » en ajoutant que « Séoul a besoin de son île préservée de hanok ».

Un lieu de rencontre entre les traditions et la créativité

La comparaison avec une île apparaît tout à fait pertinente dans la mesure où, vue du dessus, le quartier a réellement l’apparence d’une île composée de hanok comme isolé dans un océan d'urbanisation. Contrairement à Bukchon, où les maisons sont parfaitement bâties, les allées du quartier Ikseon-dong sont des dédales d'ancienneté sans pour autant être délabré. Et contrairement à Seochon, un autre quartier traditionnel qui est désormais parsemé de cafés et de galeries, la plupart des maison de Ikseon-dong sont toujours des résidences où les gens vivent avec ici ou là quelques magasins de hanbok. Quand vous arrivez au bout de cette île, non loin de la station Jongno 3-ga, vous trouverez toute une série de restaurants anciens pour savourer de la viande type barbecue ainsi que des pubs, le tout à des prix très modiques dans une ambiance chaleureuse.

Depuis quelques années, les résidents de longue date du quartier ont été rejoint par de jeunes créateurs au sein du quartier. Fascinés par la beauté simple du lieu, sans parler des loyers relativement bas du quartier, les artistes, les designers, et les écrivains ont commencé à installer leurs boutiques dans le quartier, redonnant une seconde jeunesse au quartier, faite de création et d’exubérance.

La jeune artiste Park Ji-hyun qui a ouvert son café-salle d’expo intitulé Ikdong Dabang (T. 070-8690-2759) en janvier, a été attirée elle-même par l’ambiance pittoresque du quartier, loin de l’ambiance consumériste de certains quartiers de la capitale. L’artiste affirme « s’échapper de l’animation constante et grouillante du centre-ville vers ce quartier permet de faire un voyage dans le temps ».

Crédits) Park Ji-hyun à Ikdong Dabang Pour construire ce café, Park et son partenaire ont rénové de très belle manière un hanok vieux de 70 ans, préservant au maximum la structure initiale. En plus de servir de très bon cafés, du vin et de la nourriture, ce petit espace sert aussi de salle d’exposition. Avec la venue du printemps, le lieu accueillera également des concerts dans sa petite cour. Park oeuvre pour le renforcement de la communauté dans le quartier et pour tisser des liens avec le voisinnage, elle affirme ainsi : “le quartier que nous voulons, c’est un quartier qui se développe tout en préservant son allure actuelle”. Son café sert ainsi également de lieu de reunion pour les residents du quartier, beaucoup d’entre-eux ont ainsi accueilli avec ferveur l’installation du café dans le quartier. Elle explique ainsi que “la venue de jeunes dans le quartier favorise le côté dynamique des lieux, le quartier gagne en vitalité et il semble que les résidents séniors apprécient cela”.

Non loin de Ikdong Dabang, on trouve l’établissement Sik Mool (T. 747-4854), un café exceptionnel servant aussi de bar établi par le photographe de mode Louis Park. Bâti autour de quatre hanok rénovés, le lieu bénéficie d’une très belle harmonie qui se situe entre Occident et Orient. Ses meubles modernes et ses posters de propagande soviétique s’harmonisent de manière singulière avec la batisse traditionnelle du lieu. Derrière la cour et la zone fumeur du lieu, le styliste Minky Ha a rénové une chambre traditionnelle coréenne en atelier.

Crédits) Louis Park et Jean Il-hwan de Sik Mool En un rien de temps, Sik Mool est devenu l’une des destinations les plus à la mode durant la nuit à Séoul, lieu ayant eu droit à un article dans l’édition coréenne du magazine Vogue. L’établissement offre des cocktails variés, l’ambiance est exotique et les clients variés et branchés. Park finit par nous demander “Est-ce que vous pouviez vous attendre à un lieu comme celui-ci dans ce quartier ?”.

Crédits) Café-bar tendance Sik Mool

Des traditions toujours au goût du jour

Crédits) Maison de thé traditionnelle Tteuran

Le café Tteuran fonctionne un peu comme le salon du quartier : quiconque connaît le quartier Ikseon-dong connaît ce lieu et son propriétaire. La propriétaire, Kim Aeran, est considérée comme la garante du savoir du quartier, elle connaît sur le bout des doigts l’histoire de ce quartier. Elle affirme ainsi : « Je me suis installée dans cette allée il y a 6 ans. J’ai été séduite par la couleur de l'ancien toit en tuile et j’ai signé pour obtenir cette maison sans vraiment avoir de plans précis en tête ». Elle n’est pas seulement tombée sous le charme de cette ancienne allée et de cette maison, mais aussi des gens évoluant dans les alentours, en particulier les marchands qui ont exercé leurs fonctions dans le quartier durant des décennies.

Beaucoup de clients affirment ainsi tout le bien qu’ils pensent du côté paisible et agréable du lieu. Kim affirme par ailleurs en riant : « J’aime m’asseoir juste là et me relaxer quand il n’y a plus aucun client ».

Pourtant, personne ne peut encore prédire jusque quand le quartier gardera cette tranquillité. Dès lors qu’un quartier devient fréquenté et à la mode, il est à alors facile que l’aspect convivial et authentique cède la place au consumérisme. Ce risque existe encore davantage concernant Ikseon-dong qui est entouré par de grands quartiers commerciaux comme Jongno et Insa-dong.

Pour le moment, Ikseon-dong reste comme il a toujours été : un quartier calme, paisible, et au charme indicible. Kim, propriétaire du café Tteuran, encourage d’ailleurs les visiteurs à prêter attention aux petits détails du quartier qui rend ce lieu si unique comme les charpentes des fenêtres, les parties métalliques un peu usées, les vieux murs en tuile, les choses que tout simplement personne ne peut acheter. Kim affirme enfin que “les gens devraient venir ici pour voir un quartier resté dans son état originel, le genre de quartier que vous ne trouverez nulle part ailleurs à Séoul”.

  • Du côté du quartier de Jongno, on trouve toute une série de restaurants anciens proposant de la viande de type barbecue ainsi que des bars qui étaient jusque maintenant essentiellement fréquentés par les résidents du quartier. Ces lieux sont désormais très populaires, lorsque le temps s’adoucit, ces établissements mettent à disposition des places en extérieur. Nous vous recommandons plus particulièrement le restaurant Galmaegisal (Tél. 3672 0081). Un des nouveaux lieux à tester est le café EX-ON dong 121 (Tél. 765-0121), un ancien hanok rénové dans un café / bar tendance par un éditeur qui s’est installé dans le quartier. Pour quelque chose de moins coréen, nous vous recommandons le pub-restaurant Brew 3.14π (Tél. 4178-3014). L’établissement est situé dans une allée derrière l’hôtel Ambassador, c’est un très bon endroit pour discuter autour d’une pizza et d’un verre de bière.
  • L’hôtel Ambassador du quartier Insa-dong (Tél. 6730-1101) est un lieu de séjour populaire parmi les visiteurs étrangers, la vue depuis le jardin sur le toit est à couper le souffle. Pour une ambiance plus locale, nous vous recommandons l’hébergement All-J Guest House (Tél. 010-8156-8626), une ancienne maison hanok utilisée désormais comme lieu de séjour. Le site vous offre également des programmes culturels comme des cérémonies de thé, des essayages de vêtements traditionnels. Le hanok Jongno Hanokjip, geré par Gangnam Dabang (T. 070-8690-2759), est aussi disponible en tant qu’hébergement.
  • A partir de la sortie 5 de la station Jongno 3-ga (ligne 5), marchez en direction du quartier Insa-dong et prenez sur la droite au niveau de la galerie des instruments de musique Nagwon. Suivez la route principale jusqu’à apercevoir Seonil Tteokjip, un magasin de gâteau au riz, puis tournez une nouvelle fois à droite. Suivez la route jusqu’à atteindre l’hôtel Ibis Ambassador d’Insa-dong. Empruntez les allées autour de l’hôtel pour commencer votre exploration.
Avec l’autorisation de Seoul magazine

En savoir plus
Quartier des bijoux de Jongno 3 (sam)-ga
Le sanctuaire Jongmyo (patrimoine de l’Unesco)
Parc Tapgol
Résidence royale de Unhyeongung

Date   03/13/2015