goto content



h1 Title Imprimer


Ginseng de Corée (Goryeo Insam)
Ginseng de Coree (Goryeo Insam)

Goryeo GinsengSix ou sept espèces de ginseng sont connues dans le monde, mais celles distribuées et vendues sont : le « Goryeo Insam », cultivé en Asie du Nord, notamment en Corée du Sud, le « Hwagisam (Panax quinque folium L.) » cultivé aux Etats-Unis et au Canada, et le « Jeonchilsam (panax notoginseng F.H. Chen) », produit en Chine, dans les régions du Yunnan et du Guangxi. Parmi ces trois espèces, la première, dont la forme rappelle celle du corps humain, est considérée comme appartenant à un genre à part. Tous les ginsengs cultivés en Corée du Sud sont appelés « Goryeo Insam ».

Le Gorreo Insam est une plante dont la tige et les feuilles se dessèchent, mais dont les racines subsistent pendant l’hiver, et qui continue à croître au printemps. La forme des racines est semblable à celle du corps humain. Il faut environ quatre à six ans entre la sélection des bonnes graines et les récoltes. Plus on procède soigneusement, plus le ginseng présente de bienfaits. Le ginseng est sensible au climat, à la quantité de soleil reçu, au sol.. d’où le fait que la nature environnante soit primordiale. La Corée est à ce titre un pays doté de conditions idéales pour sa culture. Baptisé « panacée de la modernité », le Goryeo Insam possède d’excellentes vertus, comparé aux autres espèces de ginseng, pour prévenir et soigner la plupart des maladies.

Le goryeo Insam est relativement onéreux par rapport aux ginseng d’autres pays. Mais il présente de bien plus nombreux bienfaits. C’est pour cette raison qu’il arrive même que dans certains pays, on tente de faire passer les ginsengs pour du Goryeo Insam. Mais, cette espèce, surnommée « le roi des ginsengs », est cultivée uniquement en Corée.


Diverses espèces de ginseng

En Corée, selon le mode de culture, les ginsengs sont classés en trois catégories : le « Jaebaesam », cultivé dans les champs, le « Sansam » poussant dans les régions très montagneuses, et le « Jangnoesam » dont on sème les graines et que l’on laisse pousser comme le Sansam.

Il est également possible de les classer selon le mode de traitement tels que « Baeksam », « Susam », et « Hongsang ». Le Susam, ginseng cru, récolté d’un champ, contient une haute quantité d’eau, il n’est donc pas approprié pour la conservation sur de longues périodes. Depuis récemment, il est utilisé pour divers plats. Le Baeksam, lui, est un ginseng vieux de quatre ans, séché au soleil, et souvent employé comme ingrédient dans la médecine orientale.

Hongsam désigne le ginseng vieux de quatre à six ans que l’on fait cuire à la vapeur, puis que l’on laisse sécher en plusieurs fois ; il revêt une couleur rouge-marron foncée. Durant la cuisson, l’eau s’évapore, ce qui permet de conserver le Hongsam sur une longue période. Pendant ce processus, on rajoute huit composants bénéfiques pour le corps humain. Le Hongsam est conseillé aux personnes dont le tempérament ne s’accorde pas à la consommation de Susam. A la différence des médicaments occidentaux qui exercent des effets sur certaines parties du corps ou agissent sur certains symptômes, le Hongsam exerce plusieurs bienfaits sur le corps tout entier.

Le Sansam, qui pousse à l’état naturel dans la montagne, possède beaucoup plus de bienfaits que l’Insam, que l’homme cultive dans les champs. Le premier est doté des mêmes bienfaits que le second, mais avec des effets bien plus puissants. Il est même baptisé « Bullocho (plante de l’éternelle jeunesse) ». C’est la raison pour laquelle le prix du sansam, qui va de millions de wons jusqu’à plusieurs milliards de wons selon la taille et l’âge, est inestimable, au point d’être décidé sur place par le détenteur.

La personne qui cueille par profession ce précieux Sansam, s’appelle un « Simmani ». En général, quatre à huit Simmanis se regroupent et se ravitaillent ensemble, principalement dans les montagnes où l’on trouve quantité de Sansam. On dit que seuls ceux que Dieu sélectionne, découvrent le Sansam. Les Simmanis essaient de respecter les coûtumes selon lesquelles on s’abstient de boire de l’alcool et de manger de la viande, du poisson, et on s’interdit de commettre tout acte susceptible de provoquer la colère de Dieu, tel que tuer des animaux.

Les bienfaits de l’Insam, le meilleur ingrédient pour la médecine orientale

Il est dit que, si on prend de l’Insam pendant une longue période, on peut en retirer de la longévité. L’Insam contribue non seulement à protéger le cœur, le foie et les poumons, mais exerce également des effets anticancéreux et antifongiques. De plus, il aide à récupérer de la fatigue et à augmenter l’énergie, voire à faciliter la circulation sanguine jusqu’à prévenir l’anémie. Pour les personnes en convalescence après une maladie grave, qui viennent de se faire opérer, ou qui souffrent des effets d’un travail excessif, on peut conseiller de prendre de l’Insam.

De plus, l’Insam aide à favoriser l’immunisation du corps et à accélérer la guérison des inflammations. C’est pour cette raison qu’on peut le recommander aux malades atteints du cancer, de rhumatisme, de tuberculose, ou d’anémie sénile. En outre, l’Insam permet de contrôler la tension, et est donc à conseiller à ceux qui souffrent d’hypotension ou d’hypertension. Néanmoins, les hypertendus doivent être vigilants lors de sa consommation. Ainsi, les bienfaits de l’Insam sont illimités ; il est surtout efficace contre les maladies féminines et infantiles, et a même des vertus de protection du corps contre les radiations. Reconnu depuis longtemps comme un remède-merveille apportant éternelle jeunesse et longévité, l’Insam est, même à l’heure actuelle, considéré comme le meilleur ingrédient dans la médecine orientale.


Existe-t-il des personnes à qui le ginseng est déconseillé ?
L’Insam est bénéfique pour la plupart des maladies, mais il existe des tempéraments inappropriés pour sa consommation. Comme l’Insam produit de la chaleur, il est conseillé à ceux qui ont beaucoup de chaleur dans le corps de ne pas en consommer. Si vous prenez de l’Insam sans connaître votre tempérament, il est possible que vous souffriez tout d’un coup d’éruptions ou de chaleur. Mais le Hongsam, dont on a enlevé les toxicités du Susam, ou le « Samgyetang (soupe de poulet avec du ginseng) » est bon pour la plupart des gens, même ceux à qui le ginseng n’est pas conseillé. Toutefois, si vous souhaitez consommer du ginseng, il est souhaitable que vous consultiez un médecin oriental pour diagnostiquer votre tempérament avant d’en consommer.


Pour mieux consommer du ginseng

La meilleure façon de consommer du Susam est de le mâcher cru. On propose de prendre un repas simple en évitant toute nourriture grasse afin de mieux le digérer et l’absorber. Pour un adulte, on recommande de couper en deux morceaux un Susam vieux de six ans, et de le prendre en deux prises sur une journée. Mais si le Susam est plus jeune (trois à cinq ans), il est souhaitable de prendre un ginseng entier par jour.

Si vous trouvez le ginseng amer, on recommande de le prendre avec du miel. Coupez-le en fins morceaux, que vous tremperez dans le miel. Vous pourrez le prendre à la cuillère ou en faire du thé. Pour faciliter la consommation du ginseng, vous pouvez mixer celui-ci avec du lait ou du yaourt à l’aide d’un mixeur, ou le rajouter à une soupe. Il est bon également de faire cuire du Hongsam ou du « Misam (racines fasciculées) » à feu doux, et d’en boire le matin et le soir. En Corée, on commence à en mettre dans le kimchi ou dans divers plats.

Mais en fin de compte, le plat au ginseng représentatif se trouve être le Samgyetang (soupe de poulet avec du ginseng), qui non seulement est délicieux, mais également bon pour la santé. Il s’agit d’un plat qui double les bienfaits du ginseng. On peut même absorber les nutriments contenus dans le riz, les marrons et les jujubes que l’on met dans la soupe avec le ginseng. Le goût âcre du ginseng développe l’appétit, de sorte qu’en prenant un bol de Samgyetang lorsque vous vous sentez faible, vous pourrez recouvrer l’appétit. C’est pour cette raison que le Samgyetang est un des plats réconfortants les plus appréciés par les Coréens.

Savoir choisir un bon ginseng

Lors du choix d’un Susam, il faut bien regarder si la forme est droite, si les racines fasciculées sont bien développées et attachées solidement à la racine principale. De plus, il faut que le ginseng ne présente ni traces de grattage, ni taches. Il ne faut pas non plus choisir un ginseng dont la peau n’est pas lisse. Un bon ginseng a sa partie supérieure épaisse et solide. L’autre critère important, après la forme, est le pays d’origine et l‘âge - il est important de connaître l’âge d’un ginseng. On peut trouver facilement des ginsengs vieux de quatre à six ans. C’est pourquoi il est indispensable d‘acheter un Susam dans un magasin proposant un certificat du pays d’origine et un justificatif de l’âge. Le prix du Susam varie fortement selon la taille, mais le prix ne garantit pas nécessairement la qualité.

Quand vous choisissez un Hongsam, vous devrez regarder la partie basse du ginseng à la lumière. Si vous observez une lumière translucide et rouge, c’est un bon Hongsam. En outre, une fois coupé, un bon Hongsam est rempli de rouge. Il sera également nécessaire d’acheter un Hongsan avec son certificat.

Produits dérivés du ginseng

Des racines de Hongsam, préparés par cuisson à la vapeur de Susam sévèrement sélectionné, séchées, puis pressées, donnent des produits que l’on peut conserver plus de 10 ans. Il existe également d’autres types de produits dérivés du Hongsam : extrait de jus de Hongsam que l’on fait mijoter pendant plusieurs heures, des capsules ou des comprimés conçus de manière à faciliter la consommation, des médicaments réconfortants que l’on prépare en ajoutant des vitamines à de l’extrait de jus de Hongsam, du thé au Hongsam qui exhale une saveur et une arôme propres à cette plante, du Hongsam que l’on laisse tremper dans du miel naturel de la montagne Jirisan, de la gelée de Hongsam (des lamelles de Hongsam) que l’on peut consommer facilement où que l’on se trouve, du chocolat et des bonbons de Hongsam, des boissons que l’on prépare à base de Hongsam... En outre, il existe également des produits de soin comme le savon, la mousse démaquillante ou les masques faciaux que l’on fabrique avec du Hongsam..

Produits derives du ginseng

Certes, il est possible de savourer le goût du ginseng dans du chocolat, des bonbons ou du thé, mais il serait difficile d’en espérer des bienfaits, car ces produits contiennent une trop petite quantité de ginseng. Par conséquent, si vous souhaitez bénéficier des bienfaits du ginseng tout en prenant des produit aisés à conserver et à consommer, on peut recommander d’acheter de l’extrait de 100 % de jus de ginseng. Si vous ajoutez une ou deux cuillérées d’extrait ou de poudre (extrait séché) dans de l’eau chaude ou froide, cela facilitera encore la consommation.

Si vous aimez l’alcool ou que vous souhaitez faire un cadeau à un amateur, il serait également envisageable d’acheter une bouteille de ginseng. L’alcool de ginseng que l’on prépare en mettant un ginseng entier et en le laissant mûrir, est non seulement joli à voir, mais vous pourrez également savourer un arôme prononcé de ginseng.

Achat de ginseng

Achat de ginsengLe Susam est récolté et mis en vente en automme; il est donc préférable d’en acheter à partir du mois de septembre. Le taux de saponine s’élève à partir d’un ginseng vieux de trois ans, et il arrive à son degré maximum avec un spécimen vieux de six ans. Mais comme ces ginsengs sont souvent utilisés comme ingrédient pour la médecine orientale, le prix est élevé. C’est pour cette raison que, si vous en prenez pour chez vous, il serait plutôt souhaitable de choisir un ginseng vieux de quatre à cinq ans, au lieu d’en acheter un de six ans qui coûte cher. En général, un Susam a tendance à commencer à pourrir dès la deuxième semaine suivant l’achat ; il vaut donc mieux se limiter lors de l’achat à une quantité consommable pendant cette période. Quand vous conservez du Susam chez vous, il vous faudra le conserver dans un endroit sec et frais, ou dans le réfrigérateur.

Actuellement en Corée, il arrive même que des ginsengs bon marché importés de Chine se vendent, donnés pour des ginsengs coréens. Comme il est difficile, même pour les Coréens, de distinguer ces deux variétés de ginsengs, on vous conseille d’effectuer vos achats dans une boutique sûre. Vous pourrez vous fier aux ginsengs de la KT & G Corporation (Corporation coréenne du tabac et du ginseng) ou de la Coopérative agricole, ou en acheter dans des boutiques hors taxe, des grands magasins, ou encore des boutiques officielles de « Cheongkwanjang ». Le Susam coréen présente une partie supérieure grosse et développée, possède deux ou trois racines solides, et a une odeur typique. En revanche, le ginseng chinois a un corps long et fin, et seulement une ou deux fines racines.

Quant au Hongsam, il est de couleur rouge-maron sur toute sa surface, et les racines revêtent une couleur rouge-marron relativement claire. Si vous coupez le ginseng dans la partie la plus épaisse, vous verrez des cercles annuels clairs. Il s’agit alors bien d’un Hongsam coréen. Concernant le Hongsam chinois, il n’a aucune odeur ou s’il en a, il s’agit souvent d’une odeur de racine d’une plante quelconque. Le corps et les racines revêtent une couleur marron foncée, et lorsque vous le coupez, vous ne verrez pas de cercles annuels, ou alors très vagues.

En dehors des grands magasins ou des boutiques hors taxe, vous pourrez faire des achats de ginseng dans les marchés de Geumsan et de Pungsi, régions productrices de cette plante les plus connues en Corée du Sud. Pour vous rendre sur ces marchés, vous pourrez prendre un bus respectivement pour Geumsan, ou pour Yeongju à l’Est Seoul Bus Terminal ou au Gangnam Express Bus Terminal.

Le marché Gyeongdong de Séoul, où sont rassemblés des ginsengs des quatre coins du pays, est aussi un bon endroit pour acheter du Susam. Dès l’entrée principale s’alignent non seulement des magasins de gros, mais également des centres d’achats de produits de médecine orientale, ce qui vous permettra d’effectuer vos achats tout en comparant par vous-même divers produits. Pour vous y rendre, il vous faut descendre à la station de métro Jegi, ligne 1.

Si vous souhaitez acheter du ginseng pour en ramener chez vous ou en offrir, on vous recommande d’acheter du Hongsam, plutôt que du Susam, en prenant en considération divers points tels que la conservation, le transport et l’emballage. Les racines de Hongsam coûtent très cher, et si vous souhaitez apprécier sa saveur pour un prix modéré, on vous conseille plutôt du chocolat ou des bonbons de Hongsam, qui permettent également de découvir le goût et l’arôme de cette plante

CheongkwanjangCheongkwanjang
Exporté dans une quarantaine de pays du monde entier, « Cheongkwanjang » est une marque de Hongsam vieux de 6 ans, produit à la KT & G Corporation. Le « Cheongkanjang Hongsam » est un produit préparé et mis en vente par le pays qui en eut longtemps le monopole, de 1899 à 1996. C’est pour cette raison que Cheongkwnjang est considérée comme une marque de Goryeo Insam jouissant d’une haute réputation mondiale, et il est reconnu comme le meilleur par sa qualité. Dans une boutique de Cheongkwanjang, vous pourrez acheter divers produits de Hongsam tels que des extrait de jus, des boissons, des racines... Les prix varient selon le type et la quantité du produit, allant de 5.000 wons ou 10.000 wons pour les bonbons, à 100.000 wons minimun jusqu’à des millions de wons pour les racines de Hongsam. Les produits de Cheongkwanjang sont en vente exclusivement dans les grands magasins et les boutiques associées de Cheongkwanjang, et ces boutiques se trouvent dans tout le pays, dont Séoul, Incheon, Gangwondo, Busan, Jeju… De plus, on les trouve dans les boutiques hors taxes en ville et à l’aéroport, et vous pourrez en acheter facilement lors de votre voyage. Pour obtenir des informations détaillées, vous pourrez vous renseigner auprès des points de vente de Cheongkwanjang, ou vous rendre sur le site Web http://www.kgc.or.kr .



Festivals de ginseng
Connus comme des régions productrices de ginseng représentatives de la Corée, Geumsan et Punggi organisent chaque année des festivals dédiés à cette plante. Pendant ces périodes, vous pourrez non seulement découvrir et déguster divers produits issus du ginseng, mais également en profiter pour acheter du ginseng pour un prix modéré. En outre, on pourra vous recommander de participer aux voyages organisés reliant les divers sites touristiques se trouvant aux alentours.
Festival du ginseng de Geumsan Festival du ginseng de Geumsan
Doté de nombreux organismes et centres d’achats tels que le centre d’exposition du ginseng, le centre de Susam, le marché international ou le centre international de distribution du ginseng, Geumsan donnerait même l’impression que la ville entière est un grand parc à thème sur le ginseng. A l’occasion du festival qui se déroule dans cette région sont préparés de nombreux programmes tels que la préparation de la glace au Hongsam, de l’alcool de ginseng, de plats et de gâteaux à base de ginseng. De plus, la région est connue comme le lieu de tournage de la série télévisée « Daejanggeum » ; il serait également intéressant de visiter ces lieux de tournage tout en profitant du festival.


Festival du ginseng de Punggi
Dans la région de Punggi, reconnue pour ses ginsengs à l’arôme plus prononcé, se tient chaque automne un festival autour du thème du ginseng. Ce festival organise non seulement des cueillettes de ginseng durant tout le festival, mais propose également diverses activités auxquelles peuvent participer les visiteurs, telles que la préparation du ginseng, des enchères... En outre, diverses attractions vous attendent comme un concours de cuisine du ginseng, les spectacles donnés par des vedettes, le concert d’orchestre… Ne manquez pas non plus de visiter la station thermale de Pungi à cette occasion !

Date   01/22/2008