goto content





Hanbok Imprimer


Le hanbok pour femme se compose d’une grande pièce de tissu attaché au niveau de la poitrine, formant une longue jupe, et d’une veste. Cet ensemble est souvent appelé « chima-jeogori », « chima » étant le mot coréen pour la jupe et « jeogori » désignant la veste. Le hanbok pour homme se compose d’une veste courte et d’un pantalon, appelé « baji », ample, mais attaché aux chevilles. Ces deux ensembles peuvent se porter avec un long manteau de coupe unisexe, appelé « durumagi ».

Le hanbok traditionnel que l’on connaît aujourd’hui est inspiré des modèles portés durant la dynastie Joseon (1392-1910). Dans cette société prédominée par le confucianisme, les aristocrates, les « yangban », affirmaient leur autorité par leur statut social plus souvent fondé sur l’érudition plutôt que sur des richesses matérielles. Ils portaient un hanbok de couleurs claires en soie, unie ou imprimée de motifs durant les saisons froides et un hanbok en toile de ramie ou en tissu léger finement tissé pour les saisons chaudes. En revanche, le peuple était restreint à la fois par la loi, mais aussi par les moyens financiers à porter un hanbok en chanvre décoloré ou en coton, et seules étaient autorisées les couleurs discrètes comme le blanc, le rose clair, le vert clair, le gris, le noir charbon, etc..
Le costume royal

hanbok (Le costume royal) Les premiers rois de la dynastie Joseon ont fait du nouveau confucianisme l’idéologie dominante de cette époque en Corée. Les dogmes de cette nouvelle mouvance imposaient un conformisme drastique et chacun devait impérativement être reconnaissable par son style vestimentaire, la famille royale, l’aristocratie et le peuple, et ce à tout moment, mais plus particulièrement à l’occasion des mariages et des funérailles. L’intégrité pour les hommes et la chasteté pour les femmes sont devenues des valeurs fondamentales de la société de l’époque et au quotidien, les habitudes vestimentaires devaient les évoquer.
La beauté du hanbok

La beauté du hanbok réside dans l’harmonie de ses couleurs et la simplicité de ses lignes. La plupart des « jeogori » comportent deux longs rubans afin de soutenir le vêtement. Ces rubans sont noués au niveau du sternum et forment un nœud appelé « otgoreum ». Celui-ci a son importance dans l’harmonie du costume, en effet, il fera partie des trois critères qui définiront la beauté et la qualité du hanbok. Les deux autres critères retenus sont la ligne courbe qui forme les manches, « baerae » et le soin apporté au « kit », bande de tissu qui forme le col de la veste, « jeogori ». Les extrémités du « kit » sont en général carrés et un col blanc amovible appelé « dongjeong » le recouvre.
Les plis réguliers de la « chima » descendent de la taille vers l’extrémité de la jupe pour accentuer l’élégance de l’ensemble.
Hanbok d'homme
- Gat (chapeau)
- Durumagi
Le « durumagi » est un manteau traditionnel porté pour les occasions spéciales, il couvre la veste et le pantalon traditionnels.
- Baji
Le « baji » désigne la partie inférieure du hanbok pour homme. Comparé à la coupe d’un pantalon occidental, il est beaucoup plus ample. La largeur du « baji » est due au fait qu’il ait été conçu pour faciliter la position assise au sol.
- Kkotsin
Les « kkotsin » désignent les chaussures de soie, elles sont souvent décorées de broderies, principalement de motifs floraux. Ces chaussures jouent un rôle relativement important, elles complètent la ligne élégante de l’extrémité de la « chima ».
Hanbok de femme
- Jeogori
La « jeogori » compose la partie supérieure du hanbok. La « jeogori » pour homme est ample et simple alors que celle pour femme est plutôt courte et caractérisée par les courbes et les décorations délicates.
- Dongjeong
Le « dongjeong » désigne le col blanc attaché à l’encolure. Il fait contraste, mais participe aussi à l’harmonie de l’ensemble, mettant en valeur la courbe du cou.
- Otgoreum (les rubans des vêtements)
L’ « otgoreum » est une pièce de tissu ornementale qui pend verticalement devant de la « chima », la jupe.
- Baerae (les manches de la « jeogori »)
Les « baerae » désignent les lignes inférieures des manches de la « jeogori » (la veste traditionnelle) ou de la « magoja » (la veste portée par-dessus la « jeogori »). Elles forment une ligne circulaire, une courbe naturelle qui rappelle l’auvent de la maison traditionnelle coréenne.
- Chima
La « Chima » est la jupe du costume. Il en existe plusieurs sortes : celles qui se composent d’un simple tissue, celles qui sont doubles et enfin celles qui sont matelassées. La « pul-chima » fait référence à la « chima » fendue derrière, alors que la « tong-chima » est cousue.
- Motifs
Les motifs traditionnels, les lignes élégantes du costume et les combinaisons des couleurs déterminent la beauté d’un hanbok. Les plantes, les animaux ou tout autre motif évoquant la nature sont brodés à l’extrémité de la « chima ».
Beoseon
- Beoseon
Les « beoseon » désignent la paire de chaussettes. Bien que la forme des « beoseon » soit relativement similaire, on peut distinguer celle des hommes par leurs coutures droites.
Les types de hanbok
Les différents types de hanbok correspondent à différents statuts sociaux, au sexe et à l’âge de celui qui le porte. De nos jours, les hanboks sont portés à l’occasion de moments privilégiés, et on peut, une fois de plus, les distinguer selon qu’ils soient portés pour telle ou telle commémorations, il y a le hanok pour le mariage, pour le 61ème anniversaire, pour le premier anniversaire et enfin celui qui est porté pour participer aux fêtes traditionnelles.
Myeongjeol hanbok
-
Myeongjeol hanbok
Les Coréens expriment traditionnellement leur respect à leurs parents en se prosternant devant eux tôt le matin du Nouvel An. La tradition veut que les parents comme les enfants portent le hanbok. Le hanbok pour enfant se compose généralement d’une « jeogori » (veste) aux manches couleur arc-en ciel et d’une « chima » (jupe) pour les filles ou d’un « baji » (pantalon) pour les garçons.
- Dol Hanbok
Le premier anniversaire d’un enfant, le « dol » est traditionnellement fêté afin de lui souhaiter des vœux de longévité et de santé. Les enfants sont vêtus du « dol hanbok » ou du « dol ot » pour ce jour de fête.
Les garçons portent généralement une « jeogori » (veste) rosâtre avec de longs « goreum » (rubans) bleus tandis que les filles portent une « jeogori » à manches couleur arc-en ciel. De nos jours, la mode est au « dangui » pour les jeunes filles, c’est une sorte de robe cérémonielle.
Dol Hanbok
- Hoegabyeon hanbok
La « hoegabyeon » est la fête organisée par les enfants pour fêter le 61ème anniversaire de leurs parents et ainsi leur souhaiter des vœux de longévité. A leur 61ème anniversaire, les hommes portent un « geumgwangjobok », alors que les femmes portent pour la même occasion une « dangui », une sorte de robe cérémonielle réservée aux occasions très spéciales.
Hollyebok (hanbok pour le mariage) - Hollyebok (hanbok pour le mariage)
Contrairement au hanbok qui est porté au quotidien, celui réservé au mariage traditionnel est très orné et brodé de fils chatoyant. Le nouveau marié porte un « baji » (pantalon), une « jeogori » (veste), un « joggi » (gilet), une « magoja » (veste portée par-dessus la « jeogori ») et un « durumagi » (manteau). La nouvelle mariée porte une « chima » (jupe) verte, une « jeogori » (veste) jaune et un « wonsam » (long manteau pour nouvelle mariée). Elle est coiffée avec un « jokduri », ensemble d’ornement pour les cheveux.
- Saenghwal hanbok
Le port d’un hanbok authentique suit des règles complexes et demande une attention de chaque instant. C’est pour ces raisons que des versions simplifiées de hanbok ont été introduites dans la vie quotidienne, plus pratiques et plus confortable. De plus en plus de Coréens veulent exprimer leur personnalité en portant un costume qui combine la beauté traditionnelle et la simplicité moderne. Cette version moderne du hanbok se décline en divers styles et tissus.