goto content





Culture Coréenne Imprimer


La musique traditionnelle coréenne, désignée par le terme « gukak » (musique du pays), a depuis fort longtemps ses propres mélodies, ses propres rythmes, sa propre identité.

L’histoire

Concert de Geomungo
C’est à l’époque où la péninsule coréenne était divisée en trois dynasties bien distinctes, respectivement Goguryeo, Baekje et Silla (57 av. J.-C.- 676) et définie comme les « trois royaumes », que la musique traditionnelle se développa réellement, avant tout grâce à l’invention d’instruments bien particuliers: le « Geomungo » (cithare à six cordes) dans le royaume de Goguryeo et le « gayageum » (cithare à douze cordes) dans la fédération de Gaya (qui sera annexée par Silla).

Il est important de souligner que la musique coréenne a été influencée et enrichie par des influences extérieures, principalement de Chine et des pays voisins. C’est durant la dynastie Goryeo (918-1392) que se sont développés les deux styles musicaux majeurs de cette époque, le style « aak » et le style « hyangak », tous deux destinés à la cour royale.

L’« aak » désigne la musique inspirée du « daeseongak » style purement chinois, elle était jouée à l’occasion de cérémonies - les « Jongmyojerye » (culte rendu à la famille royale) - quant au « hyangak », ce dernier n’a subit aucune influence extérieure et provient directement des trois royaumes, Gogouryeo, Baekje et Silla, et sera repris par la suite par la dynastie Goryeo.

Durant la dynastie Joseon (1392-1910), la musique destinée à la cour, l’« aak » se développa d'avantage et deux styles beaucoup plus populaires apparurent vers la fin de la dynastie, le « minyoe» et le « pansori ». La musique royale était principalement jouée durant les banquets et les cérémonies officielles, les paroles faisaient souvent l’éloge du roi et de sa cour. Au 15ème siècle a été publié le tout premier livre de théories musicales, intitulé «Akhakgwebeon» qui synthétisait les principes et l’histoire de la musique coréenne ainsi que les différents instruments.

Enfin, c’est dans la deuxième partie du règne Joseon, au moment où le commerce et l’artisanat fleurissaient et que la production agricole se perfectionnait, que la musique subit de nouveau une évolution significative. Le peuple accédant à une meilleure qualité de vie, la musique se démocratise, et une fois à la portée de tous, celle-ci va se diversifia d'avantage. C’est surtout le « pansori » (opéra coréen) et le « minyo » (chant populaire) qui se développeront, grâce à la satyre sociale que ces styles permettent. Ce genre de musique traditionnelle a ensuite évolué vers le «samulnori», ensemble joué par quatre percussions différentes et style musical le plus prisé par le peuple.




La musique traditionnelle coreenne
La musique traditionnelle coréenne utilise plus de 100 différentes sortes d’instruments. Ces instruments se divisent en trois catégories selon le son produit:

Instruments à corde - 가야금(gayageum) : la cithare à douze cordes, 거문고 (geomungo) : la cithare à six cordes, 해금(haegeum) : le violon à deux cordes, 아쟁(ajaeng) : cithare cintrée à sept cordes etc.
Instruments à vent -: 대금(daegeum) : la flûte traversière, 피리 (piri) : le hautbois cylindrique, 단소(danso) : la flûte, 태평소 (taepyeongso) : instrument à vent en bois, 생황(saenghwang) : orgue à bouche etc. Instruments de percussion - 박(bak) : le clapet, 편종(pyeonjong) : les carillons, 편경(pyeongyeong) : les carillons en pierre, 장구(janggu) : le tambour en forme de sablier, 꽹과리(kkwaenggwari) : le gong, 북(buk) : le tambour de baril etc.

Les spectacles permanents de musique traditionnelle

Les spectacles d’art traditionnel au Theatre Chongdong Les spectacles d’art traditionnel a la Korea House
Les spectacles d’art traditionnel au Théâtre Chongdong Les spectacles d’art traditionnel
à la Korea House

Les sites à visiter

Le centre national coreen de la musique traditionnelle Le centre national coreen de la musique folklorique
Le centre national coréen de la musique traditionnelle Le centre national coréen de la musique folklorique