goto content





h1 Title Imprimer


Sanctuaire de Jongmyo Ensemble du palais de Changdeokgung
Grotte de Seokguram et temple Bulguksa
Temple de Haeinsa Janggyeong Panjeon
Forteresse de Hwaseong
Zones historiques de Gyeongju
Sites de dolmens de Gochang,     Hwasun and Ganghwa
L'île volcanique de Jeju et les tubes de lave Tombes Royales de la Dynastie Joseon
Uigwe, Les Protocoles Royaux de La Dynastie Joseon Blocs d'impression en bois de la Tripitaka Koreana et textes sacrés bouddhiste
Donguibogam, Les Principes et Pratiques de la Médecine Orientale
Donguibogam,Les Principes et Pratiques de la Médecine Orientale
Encyclopédie de Médecine Orientale

Donguibogam (Dong-ui-bo-gam), ou “Les Principes et Pratiques de la Médecine Orientale”, fut écrit par Heo Jun (1539~1615, aussi connu sous le nom de Uiseong Heo Jun) au début du 17ème siècle, sous l'ordre du roi Seonjo. Donguibogam est une encyclopédie de médecine orientale présentant non seulement les théories médicales de l'époque mais aussi les théories médicales de toute l'Asie de l'Est.  L'oeuvre se compose de 25 volumes imprimés sur tablettes en bois. Donguibogam est facile à consulter: chaque maladie est décrite à la suite de quoi figurent les traitements conseillés pour cette dernière. Le texte sous les en-tête de page n'est pas de l'auteur lui-même mais fut tiré d'autres livres de médecine. Donguibogam est une oeuvre très estimée, beaucoup de sa valeur venant des notes informatives de l'auteur accompagnant chaque texte.
Donguibogam contient des textes médicaux de la dynastie Joseon et de Chine ainsi que des traitements populaires transmis de génération en génération. L'encyclopédie contient des recommandations d'ingrédients médicinaux disponibles à l'époque et suggère des mesures préventives pouvant être prises avant que la maladie n'apparaisse. Donguibogam parle également des aliments bons pour la santé, c'est donc un livre auquel on se réfère souvent en cuisine également. 

Les 25 volumes du Donguibogam Sinhyeongjangbudo, l'illustration du corps humain et des organes
[ Les 25 volumes du Donguibogam ] [Sinhyeongjangbudo, l'illustration du corps humain et des organes ]

 

Heo Jun, le Médecin de la Cour
Heo Jun
[Heo Jun]
Heo Jun était un médecin très reconnu de la cour, chargé du bien être de la famille royale. Il fut nommé médecin à la cour en 1575 après qu'il eut guéri le roi Seonjo d'une grave maladie. Il fut promu encore d'avantage après qu'il guérit le Roi lors de l'invasion japonaise Imjin Waeran (임진왜란). Cependant, la santé du roi se détériora rapidement et Heo Jun fut tenu responsable pour sa mort soudaine en 1608 et envoyé en exile. Il fut heureusement libéré rapidement et devint le médecin du roi Gwanghaegun.
Après 16 ans de recherche, Heo Jun publia enfin Donguibogam, qu'il commença sous les ordres du roi Seonjo. Le livre eut un effet énorme sur le développement de la médecine orientale durant la période Joseon. Le livre se propagea au Japon et en Chine au cours du 18ème siècle où il fut, et où il est toujours, reconnu comme un des classiques de la médecine orientale. De nos jours encore le Donguibogam contribue à la diffusion et au développement de la médecine traditionnelle d'Asie de l'Est. Il fut réimprimé 30 fois en Chine et deux fois au Japon et fut partiellement traduit en anglais par le docteur américain Dr. Landis. Le Donguibogam fut largement utilisé pour traiter les maladies pendant environ 400 ans.
Donguibogam, publié au Japon Donguibogam, publié en Chine
[ Donguibogam, publié au Japon ] [ Donguibogam, publié en Chine ]
Caractéristiques de la Médecine Orientale
Caractéristiques de la Médecine Orientale

La médecine orientale diffère de la médecine moderne de par sa vision holistique du corps humain. Elle voit le corps humain comme une entité interconnectée plutôt que comme un groupement de différents organes. Dans la médecine orientale, le corps est un univers où l'énergie se propage entre des organes qui n'ont a priori rien en commun. Ceci est un élément clé pour le traitement des maladies. Du fait de cette croyance, la médecine orientale se concentre principalement sur des traitements qui aident le corps à maintenir une condition stable et constante. Il est commun pour les coréens de boire un breuvage préparé par un pratiquant de médecine orientale ou de faire appel à l'acuponcture pour soulager un mal.
Devenir docteur en médecine orientale en Corée demande 6 ans d'études au niveau universitaire. 

Bien que 400 ans se soient écoulés depuis sa publication en 1613, Donguibogam est très bien conservé. On s'y réfère encore de nos jours et son contenu fait l'objet de recherches constantes. Reconnue pour son originalité et son importance historique, la première édition complète du Donguibogam fut inscrite au Registre UNESCO de la Mémoire du Monde en juillet 2009. Ces versions originales du Donguibogam sont conservées à la Bibliothèque Nationale de Corée (25 volumes / Trésor No. 1085) et à l'Académie des Etudes Coréennes (25 volumes / Trésor No. 1085-2).
◆ Où trouver le Donguibogam
☞ Bibliothèque Nationale de Corée
☞ Académie des Etudes Coréennes Jangseogak

◆ En apprendre plus sur Heo Jun et ses publications
☞ Musée Heo Jun (anglais)

☞ Série TV sur Heo Jun(anglais)

◆ Tourisme Médical en Cor
☞ Circuits de Médecine Orientale (anglais)
☞ Article: “New Initiatives for Medical Tourism in Seoul” (anglais)
☞ Marché de la Médecine Orientale à Séoul (français)