goto content

Mots-clés populaires




Patrimoine culturel Imprimer


Sansa, monastères bouddhistes de montagne en Corée (2018)

Temple de Buseoksa à Yeongju-si dans la région de Gyeonsangbuk-doCrédit) Temple de Buseoksa à Yeongju-si dans la région de Gyeonsangbuk-do

En 2018, "Sansa, monastères bouddhistes de montagne en Corée" est enregistré comme le 13e patrimoine mondial de l'Unesco. Il s'agit des sept temples bouddhistes situés dans les montagnes de Corée du Sud : Tongdosa, Buseoksa, Bongjeongsa, Beopjusa, Magoksa, Seonamsa et Daeheungsa. Jadis, certains temples étaient construits dans les centre-villes alors que d’autres étaient bâtis dans les montagnes. Cependant, la plupart des premières constructions n’ont pas survécu durant la dynastie de Joseon, tandis que les dernières sont restées en activité et conservent leurs fonctions d'origine jusqu'à ce jour. L'ICOMOS a notamment évalué qu'ils maintenaient leur rôle de centres religieux et lieux d'étude pour moines, depuis leur fondation entre les VIIe et IXe siècle. Cela relève d’une valeur universelle admirable. La commission a ainsi reconnu les spécificités historiques du bouddhisme coréen.

Présentation

  • Temple de Tongdosa
  • temple de Buseoksa
Crédit) Temple de Tongdosa (à gauche), temple de Buseoksa (à droite)


Le temple de Tongdosa a été fondé en 646, sous le règne de la reine Seondeok de la dynastie de Silla. Chose intéressante sur cet édifice, contrairement aux temples standards, on ne voit pas tout de suite la statue de Bouddha lorsqu'on entre dans le pavillon de Yeongsanjeon. Ici, Bouddha est assis à l'est de la salle, et regarde vers l'ouest. Autre point particulier, le lieu n'abrite aucune image de Bouddha dans le pavillon principal, car la légende dit que ses reliques sont conservées dans les Marches de diamant.

Le temple de Buseoksa a été établi en 676, lors de 16e année du règne du roi Munmu de la dynastie de Silla. Les 108 escaliers, qui permettent aux visiteurs de contempler d’en haut la vue panoramique sur le temple, représentent le "conflit intérieur". Le pavillon de Muryangsujeon est particulièrement significatif d’un point de vue architectural, car il est l'un des plus anciens pavillons en bois de Corée. Ses pilliers spéciaux, nommés "Baeheullim gidung", et dont la forme mince aux deux extrémités s’élargit au milieu, sont eux aussi très connus.

  • Temple de Bongjeongsa
  • temple de Beopjusa
Crédit) Temple de Bongjeongsa (à gauche), temple de Beopjusa (à droite)


Le temple de Bongjeongsa a été créé en 672, durant la 12e année du roi Munmu de la dynastie de Silla. Pour y entrer, il faut d’abord passer la porte de Manseru. Celle-ci n’étant pas très haute, on est invité à se baisser. Cela peut rappeler la leçon bouddhique qui met l’accent sur la modestie. Le temple abrite également le trésor national n.15, le pavillon de Geukrakjeon, et le trésor n.311, celui de Daewoongjeon. Geukrakjeon est l'une des plus anciennes constructions en bois du pays.

Le temple de Beopjusa a été construit en 553, la 14e année de règne du roi Jinheung de la dynastie de Silla. Il abrite Palsangjeon, un pavillon en bois à étages, d’une architecture unique en Corée. Un autre patrimoine qui attire l'attention des visiteurs est l’impressionnante statue de Maitreya, aussi connue sous le nom de Cheongdong mireukdaebul, haute de 33 mètres, qui se dresse dans l'enceinte du temple. Il aura fallu plus de 100 tonnes de bronze pour la créer.

  • Temple de Magoksa
  • temple de Seonamsa
Crédit) Temple de Magoksa (à gauche), temple de Seonamsa (à droite)


Le temple de Magoksa a été établi en 643, la 9e année de règne de la reine Seondeok de la dynastie de Silla. L'harmonie des eaux et les montagnes qui l'entourent lui donne une atmosphère unique. Aussi, les configurations géographiques de la région ressemblant au motif de Taegeuk (motif symbolique pour le peuple coréen), le lieu servait d'abri en temps de guerre. Le roi Sejo de la dynastie de Joseon, élogieux à l’égard de cette région, l’a déclarée comme "terre qui prospérera plus de 10 000 ans" et a écrit lui-même le nom du pavillon – Yeongsanjeon - sur la plaque. Bien que dévasté lors de l'invasion japonaise sur la péninsule, à la fin du XVIe siècle, le pavillion a été reconstruit en 1650, et demeure l'immeuble le plus ancien du temple.

Le temple de Seonamsa a été érigé en 529, lors de la 3e année de règne du roi Jinheung de la dynastie de Silla. En se dirigeant vers le temple, les visiteurs peuvent admirer le pont de Seungseongyo construit sous forme d'arche, et l’arbre de Maehwa (un type d’abricotier) vieux de plus de 600 ans. La particularité de ce temple est l'absence de trois éléments : la statue des Quatres Rois Célestes - ou Sacheonwang - à l'entrée, les statues des saints disciples du Bouddha dans le pavillon principal, et la porte au milieu de ce pavillon.

Temple de DaeheungsaCrédit) Temple de Daeheungsa


Le temple de Daeheungsa a vu le jour avant la dynastie de Goryeo mais la période exacte reste inconnue. Beaucoup de grands moines y sont formés, avec pour objectif de protéger le pays par la force du Bouddhisme. C’est également l’endroit où la culture du thé en Corée s'est développée. Situé sur un terrain plat en haute altitude, il abrite bon nombre de pavillons et est divisé en trois districts, ce qui permet aux visiteurs de se balader tranquillement.

Dernière mise à jour : le 02 août 2019