goto content





Religion folklorique Imprimer


Lorsque l’on voyage dans la Corée rurale, on peut quelques fois rencontrer des figurines d’oiseaux perchés au sommet de hauts poteaux de bois, d’effrayantes sculptures en forme de visages humains, ou de grands arbres aux branches ornées de tissus multicolores et de papiers votifs. Ce sont les anciens symboles religieux des gardiens de villages que l’on place habituellement à l’entrée des bourgs. Ils représentent également le désir humain de se connecter avec le divin, qui imprègne toujours profondément la culture coréenne aujourd’hui. Nous allons vous présenter trois des gardiens de village coréens les plus vénérés, reflets de la religion folklorique coréenne.

Sotdae Messagers du ciel et de la terre

Sotdae- mensajero entre el cielo y la tierra

Les Sotdae sont de haut poteaux de bois surmontés d’une figurine d’oiseau. D’après d’anciennes chroniques, les chamanes et les prêtres d’un lieu saint nommé Sodo avaient érigé le premier sotdae comme symbole de sanctification durant l’époque Samhan (Ier sièle avant Jésus-Christ – IIIème siècle après Jésus-Christ). Plus récemment, les sotdae sont devenus des représentants des prières pour la protection contre les mauvais esprits et pour des récoltes abondantes. Ils sont installés à l’entrée des villages, et des sacs de riz sont placés à côté durant le douzième mois de l’année lunaire.

Ces poteaux symbolisent les prières ferventes des villageois dirigées vers le ciel. L’oiseau, habituellement un canard ou une oie, joue le rôle de messager entre le ciel et la terre. Sur certains sotdae, l’oiseau tient un poisson dans son bec, pour le nourrir durant son long voyage vers le paradis.

Informations de voyage
Le Musée de l’art du Sotdae de Neungkang à Jecheon, Chungcheongbuk-do, abrite divers types de sotdae.
Heures d’ouverture : de 10h à 18h
Tarif d’entrée : gratuit
Adresse : Chungcheongbuk-do, Jecheon-si, Susan-myeon, Neunggang-ri, San 6
Renseignements : +82-43-653-6160 (coréen)
Ligne info tourisme 1330 : +82-54-1330 (coréen, anglais)

Jangseung Le gardien aux mille visages

Jangseung - guardián con miles de caras

Les jangseung sont des totems de bois ou de pierre gravés d’un visage humain. Certaines personnes affirment que les jangseung sont une évolution des sotdae ou des seondol (pierre dressée), tandis que d’autres déclarent qu’ils tirent leur origine d’une religion qui vénère le phallus. Mais tous s’accordent à dire qu’ils représentent des objets symboliques d’une ancienne religion folklorique toujours pratiquée aujourd’hui.

Les formes et les matériaux des jangseung varient en fonction des régions. Dans les régions du Sud, les jangseung sont généralement faits en pierre, et dotés d’un visage rond aux traits doux et souvent amusants. Au contraire, les jangseung des régions du Nord sont faits de bois, et possèdent des visages allongés à l’expression sérieuse et effrayante, exprimée par de gros yeux coléreux et de larges bouches. Les expressions de leur visage proviendraient des masques traditionnels coréens et des dokkaebi (démons des légendes folkloriques coréennes, effrayants mais amicaux).

Les jangseung, à l’image des différents totems du monde, possèdent plusieurs fonctions. Tout comme les sotdae, ils servent de gardiens pour les villages, et sont placés à l’entrée des bourgs. On croit également qu’ils guérissent les maladies. Dans les temps d’épidémies, les villageois exécutaient un rituel autour du totem dans l’espoir de recouvrir la santé. Finalement, dans de rares cas, les jangseung sont postés à la limite des villages et sur le côté des routes pour marquer le territoire du village et montrer les distances entre villages.

Informations de voyage
Cheongyang-gun dans la province du Chungcheongnam-do est réputée pour être la meilleure région en ce qui concerne la préservation des jangseung. On y exécute des services rituels de commémoration des jangseung depuis des siècles, et elle abrite également le parc des Jangseung à Chilgapsan, qui présente de nombreux types de jangseung de Corée et d’ailleurs.
Dates d’ouverture : ouvert toute l’année
Prix du billet d’entrée : entrée libre
Adresse : Chungcheongnam-do, Cheongyang-gun, Daechi-myeon, Janggong-ri 15
Renseignements : +82-41-940-2224 (coréen)
Ligne info tourisme 1330 : +82-54-1330 (coréen, anglais)

Sinmok Une antenne de communication entre le ciel et la terre

Sinmok - antena de comunicación con los dioses

Les sinmok sont des arbres très grands et très vieux. Ils sont mentionnés dans la légende de la création de la Corée nommée « Dangun Sinhwa ». D’après la légende, un ours est resté enfermé durant 100 jours dans une cave, sans voir la lumière du soleil, se nourrissant uniquement d’ail et d’armoise, dans le but de devenir humain. Après avoir triomphé de l’épreuve, l’ours s’est transformé en belle jeune femme, et a épousé Hwanung (le fils de Dieu) sous l’arbre Sindansu, l’arbre sacré du mont Taebaeksan, pour donner ensuite naissance à Dangun, le fondateur de la Corée. On dit que le sindansu, qui est un ancien sinmok, aurait servi d’antenne de communication entre le ciel et la terre.

Depuis ce jour, les sinmok, également appelés Dangnamu, sont vénérés comme des lieux saints où se rencontrent les hommes et les dieux. Ils sont également considérés comme des gardiens de villages, à l’image des sotdae et des jangseung. Ils sont souvent ornés de morceaux de papier blanc ou de tissus multicolores, et sont entourés de sotdae et de jangseung.

On trouve généralement des sinmok dans les villages ou à mi-chemin du sommet de la montagne. Ils sont parfois ornés de papiers blancs ou de tissus de cinq couleurs. Même aujourd’hui, les sinmoks sont déifiés et protégés dans les villages. Celui du village de Hahoe à Andong dans le Gyeongsangbuk-do (village historique de Corée inscrit sur la liste du patrimoine culturel mondial de l’UNESCO) est âgé de 600 ans. Il est recouvert de papiers blancs où sont inscrits les voeux des visiteurs et des habitants.

Informations de voyage
On peut trouver des sinmok dans les montagnes et les villages de la Corée. L’un des sites les plus populaires pour les sinmok est le village de Hahoe à Andong, où un arbre de 600 ans se dresse fermement, orné de papiers votifs accrochés par les visiteurs.
Horaires d’ouverture : de 9h à 19h (de mars à novembre) / de 9h à 18h (de décembre à février)
Prix du billet d’entrée : 2 000 wons (adultes)
Adresse : Gyeongsangbuk-do, Andong-si, Pungcheon-myeon, Hahoe-ri
Site internet : www.hahoe.or.kr (coréen, anglais)
Renseignements : +82-54-852-3588 (coréen, anglais)
Ligne d’info tourisme 1330 : +82-54-1330 (coréen, anglais)