goto content





h1 Title Imprimer


[ Bouddhisme en Corée ]
Les Objets et les Symboles Bouddhistes en Corée
Les Objets et les Symboles Bouddhistes en Corée

Les temples coréens possèdent généralement une tour de deux étages que les visiteurs peuvent apercevoir lorsqu’ils passent la porte d’entrée. Il existe quatre instruments principaux utilisés pour annoncer aux moines les rituels de la journée. Ces quatres instruments sont le tambour du Dharma, le poisson de bois, le gong en forme de nuage et la large cloche de Brahma. Le son de chacun de ces instruments protège les êtres des autres royaumes.

Le tambour du Dharma résonne pour sauver les êtres habitants la terre, humains, animaux, fourmis, etc. Le son du tambour est censé faire écho aux enseignements de Bouddha.
Le rôle du poisson en bois est de sauver les êtres vivant dans l’eau. Les moines frappent les deux côtés de la partie centrale du poisson


à l’aide de deux bâtons afin de produire un son. L’origine de l’instrument provient d’une histoire édifiante. Il y a bien longtemps vivait un moine qui commettait des mauvaises actions. Il mourrut finalement et renaquit sous la forme d’un poisson pourvu d’un arbre sur le dos. Un jour alors que son vieux maître bouddhiste traversait la rivière il vint vers lui d’un air triste. Le maître réexamina sa vie passée et organisa une cérémonie commémorative pour sauver le poisson. Cette nuit là le poisson lui apparu en rêve, reconnaissant pour sa bienveillance. Il lui demandait de couper l’arbre qu’il avait sur le dos et d’en faire un instrument en forme de poisson afin d’en tirer une leçon pour la postérité.

Le gong en forme de nuage oeuvre au salut des êtres vivant dans le ciel. Il est fait de bronze. Certains temples l’accroche en cuisine ou dans la salle à manger afin d’annoncer l’heure des repas.
La cloche de Brahma sert à protéger le temple, de l’enfer. La cloche est sonnée 28 fois le matin et 33 fois le soir. Lorsque la cloche résonne tous les êtres de l’enfer sont libérés de leurs souffrances. La cloche est sonnée avec un instrument en forme de baleine. L’explication est la suivante : Il y a bien longtemps de cela au temps où de nombreux dragons peuplaient les océans, existait un dragon nommé Po qui pleurait souvent et avait peur des baleines. On dit que le son de la cloche ressemble aux cris de Po le dragon.


En dehors des quatre instruments cités ci-dessus, le mok-tak et le juk-bi sont également très courant dans la vie quotidienne des temples coréens. Le mok-tak est taillé à la façon du poisson de bois mais est plus petit et rond. Il est présent dans toutes les cérémonies bouddhistes lors des psalmodie de sutras.
Le juk-bi est un bâton de bambou coupé dans sa longueur jusqu’au milieu. Le moine le frappe contre sa paume afin d’en sortir un son. Il est plus particulièrement utilisé pour signaler le début et la fin de la méditation.
Une autre pièce intéressante est la clochette à vent que l’on trouve accrochées aux avant-toits des pavillons et des pagodes et dont le battant est lesté d’une plaque de métal en forme de poisson. Le vent réveille les moines en actionnant les cloches par le biais du poisson. Le rôle de ces cloches tire son explication dans le fait que les poissons vivent sans fermer les yeux même lorsqu’ils dorment. De la même façon les moines et les pratiquants à l’instar des poissons qui semblent toujours en éveil, s’appliquent à s’instruire et se cultiver en permanence même en rêvant.


Dans le bouddhisme coréen il existe de nombreux symboles représentant l’enseignement de Bouddha. La Svastika, croix bouddhiste appelée man en coréen. Le sens originel en sanskrit signifie la bonne augure. Depuis l’époque de Bouddha c’était un symbole de bonne fortune et représentait l’esprit de compassion de Bouddha.
Un cercle ou un cercle entourant trois points sont également des symboles que l’on retrouve dans la peinture bouddhiste, et sur les murs des temples. Ils symbolisent l’esprit. Le cercle est une forme fondamentale de l’univers sans distinction du bien et du mal, de préférence, de hiérarchie, etc.
Les trois points représentent les Trois Joyaux du bouddhisme : Bouddha, Dharma (l’enseignement de Bouddha) et Sangha (les diciples de Bouddha).




Enfin la fleur de lotus est un symbole très connu du bouddhisme. Elle possède deux aspects. Le premier est le bouton de lotus dans l’étang de boue, il n’est pas teinté de couleurs et garde sa pureté à l’image de Bouddha et des Bodhisattvas qui ont su rester pur tout en vivant ici bas.
Et le second où l’on peut voir la fleur et le fruit en même temps est le symbole de la loi de la cause et de la conséquence. Ainsi les bouddhistes gardent à l’esprit le principe que leurs actions de tous le jours entrainent des conséquences.
Date 2004/10/18